I. Mon expérience avec l'accompagnements sexuel, à partir de mon métier de masseuse : 

En 2015, je travaillais dans un salon de massages naturistes à Belleville, j'essayais de promouvoir et défendre l'art de mes massages. Toutefois je passais plus mon temps à expliquer je n'étais pas une femme de «finition», «happy end», ou «branlette». 

 Très vite, j’ai surtout constaté que  ce marché du bien-être...

J’ai rencontré Mélissa en Juillet 2018 à Toulouse lorsque nous avons fait notre formation de massages bien-être. Ce fut un de mes clics parce que nous étions ensemble dès le premier module :  celui de la réflexologie plantaire. Elle a su écouter mon corps et surtout mes respirations pour travailler ma détente. Ce que j’ai aimé chez Mélissa, c’est qu’elle ne continuait pas certains mouvements tant...

Une des choses les plus bouleversantes de mon métier, ce fut son apprentissage dans la nudité. Un nouvel apprentissage de mon intimité. J'ai tout réappris. & surtout à penser. Me repenser. 

A 23 ans, j'ai appris le modelage californien par une personne remplie d'amour et d'une foi religieuse très forte. 

Pour moi, c'était la première fois que je me mettais nue en face de quelqu'un e sans l'intention...

Il y a dans nos consciences, dans nos explorations, des pressions à être dans l'effacé. Pourtant, je me sens superbe et reçue de femmes incroyables. Alors pourquoi ce malaise ? Surtout dans nos métiers. 

1) La culture du tabou et l'incompréhension de la "pudeur" 

 Je n'ai jamais parlé de sexualité avec ma mère. Je n'ai jamais parlé avec elle, l'importance d'aller voir un gynéco, la violence d'en tro...

 Cette année, j'ai reçu plusieurs demandes de personnes qui voulaient « se lancer » (mais ne savaient pas comment) : dans un métier lié au sexe et aux sensualités. Même si la meilleure formation reste la pratique, être un peu averti-e ça peut aider (et ça m'aurait bien aidé).  Je me définis comme une  masseuse plurielle  (naturiste, érotique, au toucher tantrique, holistique) ouicha...

En 2014, je m'essayais sous les objectifs d'Eric Verrot. Un photographe au projet dense, de patchworks de personnes. Choisir un mot, qu'on devait porté sur soi comme un totem est notre seul point commun. J'ai décidé d'enquêter le mien vers les mien-nes. Mon père avait trouvé "impulsive", ma mère "éparpillée", ou "avec toi c'est tranquille", enfin pour mes beaucoup d'autres le côté dolce vita sembl...

Please reload

Esprit libre, mains libres. Un poing c'est tout. 

Réflexions hebdomadaires sur ma vie masseuse & ses multiplicités