Portrait du mois : Mélissa, praticienne bien-être

Mis à jour : avr. 11


J’ai rencontré Mélissa en Juillet 2018 à Toulouse lorsque nous avons fait notre formation de massages bien-être. Ce fut un de mes clics parce que nous étions ensemble dès le premier module : celui de la réflexologie plantaire. Elle a su écouter mon corps et surtout mes respirations pour travailler ma détente. Ce que j’ai aimé chez Mélissa, c’est qu’elle ne continuait pas certains mouvements tant qu’elle ne m’entendait pas respirer. En conséquence, j’apprenais à me laisser-aller, à faire confiance au rythme de mon souffle. Ça a été une expérience très belle parce qu’elle a su m’amener vers des terrains inconnus et d’une façon inédite à ma vie. Nous avons pu renouveler ça sur un autre module et je peux garantir qu'il faut toujours plusieurs séances pour cultiver les fruits de la relaxation. Bien que j’expérimente les massages professionnellement depuis 2011, j’apprends continuellement à conquérir les terrains de mon bien-être et surtout la nouvelle cartographie de mon corps. & je remercie Mélissa Cantarel d’y avoir contribué. Dans notre formation, un point essentiel a été soulevé : le bien-être des personnes thérapeutes.

C’est donc avec évidence que j’ai décidé de démarrer mon projet de Portraits avec elle. Ma volonté est de mettre en avant des personnes qui travaillent dans le soin et de connaître leurs histoires et leurs voix. Mélissa. Elle nous explique son parcours, son rapport aux massages, comment elle a lancé son entreprise à Marseille après une carrière dans l’administration artistique, sa carrière de musicienne en parallèle.

|| Chez Ouichalance, on raffole d’honorer les parcours multiples.

Ses débuts dans la pratique du massage : de la sous-traitance au lancement de son propre espace

Alors moi, je suis Mélissa Contaret. Je suis depuis un an et demi (presque et demi mais on arrondi) praticienne en massages bien-être et j’habite à Marseille. J’ai 30 ans. J’étais jusqu’alors formée (comme toi) à Shenti, l’été dernier (juillet 2018). Et j’ai pu par la suite, entrer dans ce milieu là par le biais de la sous-traitrance : donc j’intervenais en sous traitante dans des salons. Grâce à ça j’ai pu démarrer dans le métier et surtout prendre confiance en moi! Me faire la main, voir un petit peu comment les gens évoluaient dans ce milieu. ça été très formateur et puis en même temps j’ai pu gagné ma vie. Un minimum. Donc je suis très contente et très reconnaissante d’avoir démarré comme ça.

Par la suite, j’ai voulu développer un volet à l’attention des entreprises donc (intervenir en massages en entreprises). Je me suis associée avec deux autres masseuses de ma ville et j’ai fait, là on est passes de démarcher les entreprises. Je voulais faire un document sérieux et professionnel à leur attention par juste les démarcher comme ça avant qu’ils votent les budgets de l’année prochaine.

Les personnes qui me prenaient en sous traitance ont tout arrêté du jour au lendemain et ont arrêté d’occuper l’espace qu’ils avaient. (en hypercentre de ville de Marseille) et de là je me suis dit “depuis que tu as démarré cette aventure entreprenariale, tu as que des belles surprises qui t’arrivent, que des belles choses qui s’enchaînent : c’est peut-être un signe en fait, au final, elle quitte son espace : ce n’était pas prévu, peut-être que c’est pour toi que tu tentes quelque chose. Et ça m’a fait un petit peu peur parce que ça fait qu’un an que je suis immatriculée, (enfin moins d’un an parce que c’était cet été) le 1er octobre 2018 en microentreprise. Du coup je me suis dit “j’y vais? j’y vais pas quoi?” et je me suis dit : j’y vais! Bon je n’ai pas réfléchi très longtemps parce qu’elle quittait rapidement les lieux. Et l’espace qu’elle quitte c’est un espace partagé, c’est un appartement reconverti en cabinet :partagé avec différents praticiens : il y a une ostéopathe, il y a une réflexologue (donc spécialiste pieds) et kobido (massage facial japonais) et une hypnothérapeute et moi en massages.

Bon, l’ostéopathe je me suis rapidement positionnée auprès de lui parce que c’est lui qui reprenait le bail ce cabinet partagé. Donc je me suis rapidement positionnée auprès de lui en lui disant que je souhaitais récupérer l’espace pour pas qu’il trouve quelqu’un d’autre en fait. Donc du coup, il ne fallait pas réfléchir très longtemps. Je me suis positionnée rapidement et voilà j’ai signé avec lui le contrat de sous-location il y a bientôt un mois. Donc là, je sais très bien il y a forcément un laps de temps où les gens prennent conscience que l’espace existe etc.

Il faut qu’ils prennent conscience donc là je suis pas mal sur la communication : pendant un très long moment avant de signer le contrat de sous location j’ai préparé l’univers de mon salon : ce que je voulais et ne voulais pas avoi, la manière dont je voulais l’agencer, décorer etc. j’ai passé pas mal de temps sur ça.

Le démarrage de son entreprise : AAMANI Sérénité

Puis après voilà : après avoir récupérer ce lieu j’ai pu m'atteler à la communication. Depuis j’ai démarré l’aventure, je suis accompagnée par la Métropole Aix-Marseille Provence. Donc ce sont des agents qui m’accompagnent au quotidien pour prendre les bonnes décisions et s’il faut : me mettre en contact avec des personnes qui peuvent m’aider dans mon développement entrepreneurial. Depuis un an, ces agents là m’aident pour la construction de ce projet qui est tout le temps en mouvement. Il y a tout le temps des choses qui changent et se produisent. Là, par exemple : je suis une microentreprise mais je cherche à changer de statut, trouver le meilleur, celui qui me correspond. Donc les agents me mettent en lien, trouver les acteurs qu’il faut pour m’aider, sans forcément que ça soit onéreux ou donner une certaine somme en échange. Ce sont vraiment des gens qui sont là pour moi du coup je me sens entourée et dès le début je me suis sentie entourée. Même si on est seul dans notre métier et bien s’entourer de professionel-les qui te veulent du bien. Donc je suis vraiment ravie, je me sens pas seule et c’est vraiment important.

Donc là, maintenant j’ai le salon! Et j’essaie de communiquer dessus. D’où mon intervention la semaine dernière au salon des entrepreneurs de Marseille. Il me semble que ce salon évolue dans toutes les grandes villes de France. Là, la semaine dernière (mardi/mercredi) c’était à Marseille. J’ai pu avoir gracieusement (grâce à cette équipe de Métropole Marseille) un espace que je pouvais occuper à titre gracieux. C’est l’équipe du salon des entrepreneurs qui m’a fait cette fleur. & je les en remercie. ca m’a permis de communiquer (auprès des entreprises surtout : intervenir dans leurs lieux, dans leurs espaces et auprès de leurs salariés). En tout cas, ce salon a été une réussite parce que je pouvais en direct sensibiliser à ce qu’était le massage assis en entreprise. Ils ont pu s’essayer (pour certains) à ce type de massage là à en voir les effets bénéfiques. Du coup, c’était plus du concret et plus parlant pour eux pour essayer de nouer des partenariats & des collaborations.

Ma type de clientèle … C’est pas simple à dire même compliqué. Je suis intervenue pas mal en sous traitance et peu auprès de clients qui me sont propres. Donc en sous traitante, je me suis entendue avec pas mal de clients et aussi adaptés à d’autres. Je ne peux pas te donner la tendance de ma clientèle. Mais je pourrai peut être te le dire dans quelques mois si cette histoire de salon fonctionne (ce qu’on espère!)

J’ai choisi de rester Marseille parce qu’il était plus simple pour moi à ce moment là d’évoluer dans un endroit que je connaissais. Donc, en fait, j’ai eu l’occasion avant même la formation, de travailler après la formation. J’avais déjà une promesse de contrat avec un sous-traitant. Donc ça a fortement motivé la décision de rester à Marseille. Donc je suis restée parce que j’avais une occasion tout de suite après de bosser dans ma ville. J’avais déjà fait les démarches avant même de faire la formation. Puis là, de m’installer aussi. Tout s’est bien enchaîné. Le salon est hyper bien placé : en hyper centre de Marseille. Autour de cabinets d’avocats, d’experts comptables … de métiers un peu comme ça qui ont des quotidiens un peu stressants. Le choix de la ville s’est vraiment posé à moi, je n’ai pas eu besoin de réfléchir.

Son rapport au massage | Ce qui a changé depuis qu'elle est praticienne bien-être

Ce qui m’a emmené dans le massage c’est … En fait : je suis tombée dedans par hasard. Je massais déjà dans la sphère familiale, des cousins, mon papa… Je massais des membres de famille et c’était beaucoup intuitif. Et comme ça à l’intuition les gens étaient déjà contents. Après on peut se dire que la famille peut ne pas être honnête avec toi. Mais je pense que là dans le massage ils ne reviendraient pas si c’était pas quelque chose de bien quoi, à me demander que je les masse. Donc là je pense qu’ils étaient assez honnête dans le fait de dire que j’avais quelque chose. Dans mon métier d’avant, donc en fait j’étais dans l’administration artistique & je suis musicienne (et je suis toujours musicienne à l’heure actuelle). & surtout dans l’administration artistique j’avais beaucoup de stress, une pression énorme et de très grosses responsabilités. mais ce n’est pas forcément les responsabilités mais c’est plus la pression quotidienne que je subissais. Je cherchais dans mon quotidien un moyen d’extérioriser tout ce stress, de relâcher un peu la pression, de trouver des moments de détente : que ce soit par la respiration ou autre. J’ai fini par m’intéresser aux massages et les bénéfices que pouvait faire sur le corps. J’ai terminé par le massage parce que je pense que forcément vu que j’avais déjà un toucher (et que les gens avaient appréciés) je me suis dit : Bingo! Peut-être que t’as envie de continuer à faire du bien aux gens mais différemment. Dans l’administration artistique il y avait quand même un volet social où on essayait de faire accéder un public éloigné de la culture… de la culture en général et de l’art. Là je voulais toujours avoir un volet toujours au contact des gens, faire du bien mais autrement. Et dans d’autres circonstances : parce que quand t’accueilles les gens pour faire du massages, ils sont hyper contents de te voir. Parce qu’ils savent qu’ils vont passer un bon moment que tu vas t’occuper d’eux. Et je pense que j’en avais besoin aussi en fait. Pour me faire du bien à moi et faire du bien aux autres aussi.

La perception que j’ai du massage, c’est que ça me fait du bien. Je n’ai pas besoin de recevoir un massage pour ressentir les effets positifs d’un massage.

On donne beaucoup de son énergie de toi, mais je sors de là je suis apaisée quand même. Fatiguée mais contente! ça m’a quand même donnée du bien-être de masser quelqu’un.

& en réception : ça fait aussi du bien. Je redécouvre des sensations oubliées donc ça me permet de réadapter mes techniques.

Le massage, je ne le vois pas comme un héritage. Dans ma famille je suis une des rares à masser. ça a changé beaucoup de choses dans ma famille d’ailleurs, énormément : c’est dingue ! On me prend souvent pour un médecin et je les calme. ça a renforcé des liens d'amour.

Dans le passé ça n’existait pas, dans le futur il y aura un héritage et je suis fière qu’il émane de moi. Je te répondrai la même chose pour les autres aspects. Culturellement je cherche mon héritage dans le massage. J’ai envie de le trouver. Auprès de ma famille je ne pourrai pas donc je le cherche auprès de gens qui me sont proches.

Ses aspirations futures :

J’aimerai bien développer la qualité d’accueil avant & après le massage. Pourquoi pas avoir un lieu plus grand. Dans un cadre qui me ressemble. Où les gens se sentiront comme chez eux! Après je suis musicienne et je le resterai, c’est comme le massage c’est en moi ça se finira jamais. & créer des œuvres artistiques qui me serviront dans le massage. J’aimerai allier musique & détente. J’ai plein d’idées autour de l’art, autour de la musique surtout. Car c’est la musique mon premier amour. Et c’est la musique qui est venu à moi, comme le massage qui est venu me chercher. Donc je pense que les choses viendront naturellement finalement.

Retrouvez Mélissa de @aamani.serenite au 4 rue Armény à Marseille (13 006)

- En déplacements à domicile aussi, en entreprise et pour tous vos événements

#portrait #massage