Portrait de Taïna : Masseuse pour meufs & personnes queer

Un jour, my love m’a envoyé le groupe de Massage pour les copaines. J’ai été curieuse sur tous les plans : découvrir Taïna, me faire masser par Taïna, rencontrer Taïna. Dans ma série de portraits, l’écouter m’a fait confirmée qu’il fallait faire grandir les curiosités, et comment c’était kiffant de découvrir les trajectoires juteuses, riches et multiples des personnes du soin.


Son instagram : @mona_vlf





Présente toi | Quel est ton parcours ?


A la base j’ai fait des études de sociologie (politique). J’ai fait un mémoire sur la construction de l’identité nationale en France & au Brésil. Donc rien à voir avec le massage. En parallèle, j’ai fait plein de tafs ! Le gros de ce que j’ai fait : du conseil en management et en organisation, j’ai aussi travaillé dans la restauration, commerciale pour un traiteur, du baby-sitting, plein de choses comme ça! A la fin de mes études, (un an après), je voulais acquérir une connaissance sur quelque chose de plus pratique. Ce que j’avais appris était très théorique. Au début, n’importe quoi : je voulais faire électricienne, plombière, et … En fait, je me suis dirigée par le massage parce que j’ai toujours aimé masser les personnes que j’aimais. & j’ai trouvé une école, je me suis lancée. J’ai fait une formation pour devenir praticienne en massage bien-être. J’ai un diplôme et tout. Ca a duré un an, et je suis diplômée depuis Septembre 2019.


•Qu'est-ce que le soin pour toi ?

Je ne sais pas si le soin est entendu juste dans le massage ou en général, en tout cas : pour ce qui est de ma pratique du massage, ce que j’essaye beaucoup / au mieux de ne pas être une guru pour les gens. Il y a beaucoup de personnes qui viennent, pour trouver des vérités mais des vérités qui vont sortir de ma bouche. & j’essaie de créer un moment où les personnes essaient de trouver des réponses qu’elles cherchent en elles-mêmes. C’est ça pour moi le massage : créer un espace où les personnes peuvent être détendues, chercher des choses si elles le souhaitent : si par exemple elles voulaient pas que je leur masse les jambes et finalement il y a un climat de confiance qui va se faire au fil des séances. Donc elles vont vouloir essayer. Créer une zone où tout est clair, tout est carré, tout est décidé à l’avance. Les personnes savent comment ça va se passer. Ca leur permet d’être en confiance. C’est ça que j’essaie d’offrir : un moment de détente et de confiance.


Chaque massage, je commence par discuter avec les personnes : je leur demande leur relation au massage, est-ce qu’elles se font souvent masser ou pas, quel massage elles préfèrent, qu’est-ce qu’elles aiment dans le massage, et je demande toujours s’il y a une partie ou plusieurs parties où elles ne veulent pas être massées aujourd’hui. Donc ça, ça crée déjà un climat de confiance et de détente aussi. Elle savent qu’elles n’ont pas à se préoccuper de ça. J’explique que je suis au service de la personne, de son bien-être. Du coup, elles peuvent me dire si ça leur plait, ça leur plait pas, c’est bof.. c’est neutre : elles peuvent parler pendant le massage autant qu’elles le souhaitent. J’essaie de leur expliquer qu’il n’y a pas d’égo là-dedans. Je veux que les personnes passent un bon moment. Elles me feront plus plaisir en me disant si ça ne leur plaît pas et si elles veulent que je change plutôt .. voilà. C’est un exercice très difficile pour les personnes parce que c’est difficile de mettre les mots sur ce qu’on veut. Il y a des personnes qui ne savent pas et des personnes qui veulent juste se laisser porter par le massage et c’est très bien. Le massage n’est pas forcément un travail d’introspection.


Très important : je dis quand ça va être fini, comment ça va se passer. Comme ça, les personnes ne sont pas étonnées. Elles ne sont pas entrain de se poser mille questions, comme si le massage c’était quelque chose de chelou. On ne sait pas où on est, on ne connait pas la personne. En plus, je reçois chez moi. Il n’y a pas de photos sur les réseaux donc elles ne savent pas où elles arrivent. Moi, je trouve ça à chaque fois … Je les remercie beaucoup parce que c’est de la confiance qu’elles me donnent, je trouve ça incroyable. C’est chez moi, dans mon salon où il y a une grande fenêtre qui donne une vue sur les toits c’est très joli. Voilà, je veux que les personnes soient déconnectées mais pas désorientées après un massage. Elles voient la lumière qui changent, le temps qui passe. Il y a une énergie intéressante. Avant le massage, les personnes connaissent toutes les étapes et on peut en discuter ensemble, si ça leur convient pas elles changent. Je demande toujours validation, je n’impose rien.


Quand elles ne savent pas et me disent “comme tu veux” et bien non en fait. Je ne réponds non, aujourd’hui ça ne sera pas comme je veux. Vous pouvez acquiescez mais c’est vous qui prenez la décision aujourd’hui, ça m’importe beaucoup.


Qu'est-ce qui t'as amené au massage et comment décris-tu ton partage ?


J’ai toujours massé les personnes que j’aimais. Mon père avait mal au dos, très souvent quand j’étais petite. Je lui faisais des massages et ça lui faisait du bien. & je pense aussi comme je suis franco-brésilienne (ma mère est brésilienne et mon père est français). Avec ma double-culture j’ai une relation différente au toucher. Le toucher est moins difficile que certaines personnes avec deux parents de culture occidentale (de ce que jej connais). Donc c’est une pratique qui m’a appelée, attirée.


Est-ce que tu ressens que le soin est quelque chose qui a été présent dans ta vie ? en tant qu'héritage, est-ce que c'est une vibe dans ta famille - ou en dehors de celle-ci ?


Je ne sais pas si le soin a été présent dans ma vie, en tout cas le selfcare a été présent rapidement. Parce que ma mère et mon père ont toujours pris soin d’eux. On prend soin de nous, on se fait beaux. On prend soin de nos cheveux (donc au Brésil les cheveux c’est un délire) donc on prend soin beaucoup de nos cheveux, de nos ongles. Je ne pense pas que ce soit présent dans ma famille comme héritage. Je pense que je viens casser un cycle dans ma famille et mon héritage, donc c’est plutôt bien!


Est-ce que tu transmets le massage et comment ? D'ailleurs, qu'est-ce que la transmission pour toi ?


C’est très intéressant la question de la transmission parce qu’effectivement, j’ai fait un premier atelier au Festival Sang Rancunes, j’ai créé un protocole sur l’automassage & douleurs menstruelles et ça m’a beaucoup plu. La première fois, c’était un peu compliqué l’organisation, néanmoins je voulais expliquer aux personnes comment se construit le protocole. Pour moi, ça avait peu de sens de juste donner des mouvements sans expliquer ce que ça veut dire. Dans ce module, il y avait toute une partie où je parlais d’anatomie, l’histoire du massage aussi. & ça a pris beaucoup de temps mais à la fin les personnes étaient ravies. Dans ces ateliers là (parce qu’après j’en ai refait d’autres), la connaissance du corps ça donne un grand pouvoir sur leurs corps. Moi aussi, j’étais très contente.


Est-ce que le massage a modifié tes relations notamment les relations affectives, amoureuses ?


Pendant le confinement, j’ai fait des vidéos d’automassage. pour que les personnes puissent se masser et aussi masser les personnes avec lesquelles elles sont confinées. J’aime beaucoup transmettre et l’une de mes valeurs profondes c’est : je veux être une éternelle apprentie et pour ça il faut donner de la connaissance, que ça tourne. Si plus de gens avaient plus de connaissances sur plus de choses, le monde serait différent.

C’est très intéressant parce que je suis actuellement en couple hétéro avec un mec cis hétéro mais au début ça a été difficile pour deux choses :


  • le toucher d’un corps étranger (qui ne fait pas partie de notre intimité, l’Autre) ça été difficile pour lui parce qu’il avait une vision exclusivement sexuelle du massage.


  • Il y avait un aspect de sale et de propre. Moi, je pouvais toucher des personnes sales et transférer cette saleté dans notre couple, à lui… ça a été un chemin et maintenant ça va mieux. Ce sont des sujets récurrents dans nos métiers où on touche les gens, le sale et le propre.


Est-ce que tu as une routine de soin, si oui laquelle ? Comment te relaxes-tu ?


Pour ce qui est de ma routine de soin, il faut savoir que je suis Taureau : alors je n’ai pas de rituel de soin. Il y a plein de trucs dans ma vie qui me font du bien et j’essaie de les faire le plus possible. J’adore manger, j’adore bouger (le sport me fait beaucoup beaucoup beaucoup de bien, des sports un peu extrêmes : crossfit, cardio extrêmes). Manger, j’aime beaucoup manger : des féculents, des choses frites, comme du poulet frit (j’adore, le poulet frit). Bon, je pense que tu n’attends pas à ça dans une routine de soin. Sinon boire un Coca 0 avec Netflix & ma cigarette éléctronique c’est ma détente. Après, je pourrai te dire un truc stylé genre je médite et tout mais en vrai j’ai commencé à méditer pendant le confinement. Avant, je ne méditais pas du tout. Je m’écoute assez, donc me relaxer c’est avoir fini ce que j’avais à faire, me mettre dans mon lit, chiller pépère! J’ai un bullet journal, ça me détend beaucoup le bullet journal. Je me suis mis à la calligraphie et tout… Olallaa je me perds. En fait ça n’existe pas la routine, j’ai plein de métiers et plein d’occupations et mes journées sont toutes différentes. Je me relâche en prenant un bain, une douche chaude. Ce qui me détend aussi c’est me sapper, j’aime bien me sapper. ça me détend.


Quels sont tes futurs projets que tu aimerais mettre en place ?


J’aimerai plus faire mes ateliers d’automassage et d’autres formes d’ateliers, sur d’autres protocoles. J’aimerai beaucoup créer quelque chose avec une psychologue (ou une thérapeute liée à la psyché) de soin avec les personnes qui ont une relation traumatique au toucher, ça m’intéresserait beaucoup


Développer des rituels magiques, de sorcières avec le massage : j’aimerai beaucoup, beaucoup faire ça. J’espère que ça va le faire un jour.


Quel est ton mantra avant un massage ?


Je n’ai pas un mantra, la personne vient se faire masser et elle me donne une intention qui me guide. ce qu’elle attend de ce massage. Tout dépend de cette intention. J’essaie d’être un vecteur de son énergie, et de l’énergie autour de moi pour que son intention se réalise. Je n’ai pas un mantra unique.


Ton massage préféré et pourquoi ?


C’est dur, j’aime trop me faire masser. J’aime trop ça. Mais, je pense qu’un californien appuyé, mais pas trop appuyé : ça dépend où, et bien c’est ça que j’aime. Maintenant que je me fais masser, je suis chiante. Un massage californien appuyé, mais pas trop sur les trapèzes ni les quadriceps parce que c’est trop tendu pour moi, ça me fait mal du coup, ça c’est parfait et ça serait vraiment cool.


Le massage que tu aimerais apprendre ?


J’aimerai beaucoup apprendre le Watsu. C’est un massage dans l’eau. J’aimerai beaucoup apprendre ça. J’en ai reçu un, un jour, et c’était incroyable. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. J’étais dans un autre monde pendant trois jours, et je rêverai d’apprendre ça.


C'est quoi ta journée type de travail ?


Je n’ai pas de journée type. A côté de mon activité de masseuse, je travaille dans une sorte de salle de sport où on fait que du cycling. C’est une sorte de secte, je suis complètement fan et droguée de ça. Du coup, quand je masse, je masse souvent le week-end parce que c’est là où je ne travaille pas. Je me réveille, j’installe tout pour mes massages, j’en ai jamais plus de 4/ 5 par jour maximum. Je prépare mes fiches, les petits thés etc. Je rencontre des personnes formidables, toujours des personnes formidables. Donc je suis ravie. A la fin de mes massages, je fais du sport pour évacuer les énergies, je prends une douche ou je mange beaucoup pour récupérer des forces. Tout dépend de ce que je ressens comme besoin.


Conseils pendant le confinement ?


Mes conseils pour se relâcher, évidemment se masser. Il faut se masser, prendre le temps de réveiller son corps et l’écouter. Tous les matins je fais 1h de yoga avec une kiné que j’ai rencontré parce que je l’ai massée. C’est une rencontre incroyable, je l’adore. J’ai vraiment l’impression qu’on se connaît d’une autre vie et ça me fait beaucoup de bien.

Je me fais des soins du visage je kiffe grave en ce moment, des trucs avec de l’argile et tout.


Le plus important pour relâcher est d’être indulgent-e. On cherche à être productifs et à faire plein de choses, mais on est quand même dans une pandémie mondiale. Il y a 4 milliards de personnes confinées dans le monde c’est incroyable. C’est un moment différent donc il faut de l’indulgence avec soi. Il ne faut pas vouloir être dans un comportement normal et rationnel, il y aura un après à cette situation. J’espère qu’on va garder des choses, comme une envie de faire la révolution. Mais ça va aussi changer, ça va être un autre cycle bientôt.


J’essaie de l’être (indulgente) avec moi, et c’est pas facile. Je me suis fait aussi une liste des trucs que je voudrais faire. Une liste hyper longue! J’ai essayé à peu près tout et il n’y a que quelques choses qui sont restées. Je fais ça une heure par jour. J’ai décidé d’apprendre la langue des signes = 1 heure / jour. D’apprendre la sorcellerie, les rituels etc. = 1 heure / jour. Du yoga = 1h/jour. J’ai eu l’idée de réfléchir à une université = 1h/jour. Dans ma boîte, faire des talks / lives avec les coachs, j’y bosse 1h/jour. Je ne me lance pas dans des projets qui durent plus d’une heure. C’est facile de se lancer pour des trucs d’1h.